vendredi 18 mai 2018

Cosplay poney


Hello !

D'habitude pour la cavalcade des blogs, j'écris mes articles très spontanément, sans trop y réfléchir. Aujourd'hui, c'est un peu différent, car j'aimerai parler d'un sujet qui me tient à coeur et j'ai beaucoup à expliquer.

Outre le poney, j'ai d'autres passions. Notamment la couture, ou plus particulièrement, le Cosplay ; parce que j'aime coudre depuis que j'aime le cosplay.

Qu'est-ce que le cosplay ?
C'est un peu complexe, mais on pourrait résumer ça au fait de se transformer, d'incarner un personnage de jeu vidéo/manga/film, etc. Certains cosplayeurs achètent leurs costumes, mais bien souvent, on les fabrique nous même : couture, bijouterie, confection d'armes et d'armures, etc. Je fais partie de ceux là. Je créé mes costumes de A à Z, avec une grosse dominante couture, et je commence doucement à faire mes armes et armures.

A quoi ça sert ?
A rien. C'est une passion, un loisir. Dans mon cas, j'adore porter mes costumes pour des shootings photos. On peut aussi les porter en conventions (jeu vidéo, manga...), ou ne rien en faire du tout, peu importe.
Dans mon placard, j'ai de nombreux costumes finis, que je n'ai JAMAIS porté. Et je m'en fiche, je les ai terminés, j'en suis fière (ou pas), et j'aurais peut-être un jour l'occasion de les mettre.

Comment ça m'est venu ?
J'ai toujours aimé les jeux vidéos, depuis toute petite.
Et puis, j'ai A-do-ré la licence Assassin's Creed (que je collectionne d'ailleurs). PS : Altaïr, je l'épouse.
Dans le même genre que certains de mes costumes, ça sert à rien, mais j'aime.
Je regarde TOUT ce qui a un rapport avec Assassin's Creed, même les trucs nuls. Je suis alors tombée sur un spin off avec une certaine Shao Jun ; assassin en devenir, disciple d'Ezio. Enfin bref, je la trouvait très classe.
Et puis, ils ont sorti le jeu Assassin's Creed China chronicles, avec cette même Shao Jun. Mince, elle était vraiment trop cool !
C'est comme ça que je me suis lancée dans le Cosplay, pour incarner cette femme.
J'ai alors fait "allô tatie, tu peux m'apprendre la couture ?"
Elle m'a apprit les bases, point droit, zig zag, et zou, je me suis débrouillée. Au début, un peu chaotique ! Tatie est technicienne, je suis plutôt créative : j'imagine le costume et je bidouille jusqu'à ce que ça y ressemble.
Mais voilà, j'étais partie, autant dans le cosplay que la couture.

Et mes costumes ?


Shao Jun
Mon premier costume est donc celui de Shao Jun. Il est très très simple, un manteau à capuche, mais ce qui fait le plus d'effet, c'est le biais rouge tout autour. Niveau accessoires, j'ai cousu une ceinture rouge, et j'utilise un Bokken en bois. C'est le tout premier, mais c'est aussi l'un des mieux réussis. J'ai donc porté ce costume plusieurs fois : deux shootings, deux conventions (Stunfest et Sugoï! )

(Photos Céline Dufourd)





Yuuki Konno
C'est un personnage du manga/anime Sword Art Online. Je suis littéralement FAN de cet anime, bien que ce soit le seul que je regarde. Honnêtement, ce costume est un gros FAIL, à tel point que je ne l'ai jamais porté. Le choix du tissu est mauvais, la forme de chaque pièce est mal pensée et l'effet final... Bah y'a pas d'effet final. 
Pour le coup la photo est très flatteuse, parce que c'est moche en vrai.Le biais gondole, le tissus est raide, tout ça fait très "carton".
Voilà. Sinon j'ai à montrer que cette magnifique épée que mon homme m'a offert à noël. C'est une vraie.

Yuna
Personnage du jeu Final Fantasy 10, Yuna est un cosplay assez simple dont je ne suis pas tout à fait satisfaite, mais... Ca ça, disons. J'aimerais refaire la jupe qui n'est pas terrible. Du coup, je ne l'ai porté qu'une fois (et à cheval !) lors de la fête (costumée du coup) du club.
Maya Fey
C'est un perso d'un de mes jeux favoris également, Phoenix Wright. Assistante avocate, elle est un peu siphonée et adore les burgers. Voilà voilà. Ce cosplay là, c'est le seul que je porte hors-cosplay. C'est un kimono que j'ai cousu dans une matière stretch très douce, du coup, je le porte comme pyjama... Pas de photos portés pour l'instant, mais j'ai bien envie de le shooter devant le parlement de Bretagne avec un GROS burger !







Aya
Assassin's Creed, encore ! Elle est une héroïne du dernier opus, Origins. Elle est classe, elle est cool, alors je ne pouvais pas passer côté. C'est un costume qui m'a pris BEAUCOUP de temps, car il est très complexe ! De nombreuses superpositions de tissus, énormément d'accessoires très détaillés, des armes etc. Je suis très contente de la partie couture et accessoires, un peu moins des armes, mais c'était la première fois que j'en faisais, donc bon. Pas de shooting non plus pour l'instant, mais ça se fera sans doutes cet été à la plage (rives du Nil made in Bretagne) et peut-être même un shooting à cheval.






Cléopâtre
Encore, toujours Assassin's Creed (pas taper). J'étais en pleine folie créative, à fond dans AC Origins, et Cléopâtre est aussi cool. J'ai adoré confectionner la robe. Ca m'a demandé pas mal de réflexion, mais j'aime le rendu final. Les bijoux aussi me plaisent, c'est un costume que j'aime beaucoup de façon générale. Comme Aya, on prendra sûrement des photos cet été aussi.

Kirito
Sword Art online aussi, mais cette fois ci, c'est Kirito, le héro principal, dans sa version féminine de Gun Gale Online. Ce costume là, j'ai fini la couture... Hier. Du coup, pas encore de photos porté, et il me reste les armes à confectionner, mais je suis très contente de la veste. Pour les photos, je pense qu'un vieux bâtiment fera l'affaire... Avec du béton, beaucoup de béton.



Comme j'anticipe les futures questions, je peux mettre d'une journée à des mois à faire un costume. Si ça me prend en vacances, je peux m'y mettre de 8h du mat à 22h.
Je porte très peu de vêtements cousus par mes soins, tout simplement car j'aime principalement coudre des costumes, des belles robes et des vestes ; le genre de choses que l'on ne porte pas tous les jours.
Les armes et accessoires sont en général fabriqués avec de la créamousse, de la pâte à sel, de la colle chaude, de la peinture et beaucoup d'huile de coude.

Et la suite ?
En général, je ne planifie pas mes cosplays. Je les créé quand l'envie me vient. Mais je sais que Assassin's creed restera ma principale source d'inspiration.
Je pense aller encore plus loin en faisant des accessoires pour Bingo (les couvertures égyptiennes pour Aya et Cléopâtre), et en l'incluant encore plus dans mes cosplays.
Et puis j'aimerais enfin avoir de belles photos de tous mes costumes.

Voilà !

Et vous, êtes-vous vous mêmes cosplayeur, ou en connaissez-vous ?

Article rédigé dans le cadre de la cavalcade des blogs ce mois-ci lancé par Demain, je monte sur le thème "A part nos chevaux"
J'ai un peu triché, il y a du poney dans l'article :o

jeudi 10 mai 2018

Gâre à Youtube

Hello les amis !

Je voudrais aujourd'hui vous parler de quelque chose qui m'agace, qui m'inquiète, et qui est de plus en plus présent.

Cela concerne essentiellement Youtube, mais on peut y intégrer aussi facebook, instagram, etc. Internet en général, finalement.

Il est de plus en plus courant de poster sur internet sa petite vie. Je le fais moi même à travers le blog et la chaîne. Dans mon cas, j'aime bien faire de jolis montages vidéos pour me faire des souvenirs et partager ça avec la communauté. J'aime bien partager mes expériences, mes désillusions, mes bons plans. C'est pour moi essentiellement un divertissement et un moyen de partager des moments sympas. Voilà.
Et ceux et celles qui en font de même, je ne vais pas le leur reprocher - ça serait bien hypocrite de ma part.

Seulement voilà, certains font bien plus. On voit de plus en plus fleurir des articles ou des vidéos de conseils voire d'enseignement. Si les personnes en question ont une certaine légitimité (diplômes, expérience, etc), pourquoi pas ! Mais malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Certaines personnes à l'expérience douteuse se mettent à prodiguer des conseils tout aussi douteux, le plus souvent à de jeunes cavalières fascinées par les jolies photos et le dernier collier de chasse à la mode.

Et ça oui, ça m'agace !

Parce que oui, les chevaux, ça reste des animaux d'une demi-tonne et que oui, des mauvais conseils peuvent être catastrophiques.
Quand on répond que si poney fait un refus il faut donner un coup de cravache, ça m'agace.
Si poney n'est pas détendu il faut le monter en cordelette, ça m'agace.
Si poney te trimballe il faut y mettre un joli licol étho et un carrot stick, ça m'agace.
Si ...

Bon sang, chaque cheval est différent, chaque cavalier aussi ! Il est si facile derrière un écran de donner des conseils bateau ! Et si poney a mal quand il saute ? Et si poney embarque finalement sa cavalière en cordelette et fonce droit sur la route ? Et si le joli licol fini par lui briser la nuque ? Qu'est ce qu'on fait ?

Donner des idées d'exercices, pourquoi pas. Mais régler des problèmes à travers un commentaire, NON.
Suivre les conseils d'une cavalière de 12 ans sur Youtube, peu importe qu'elle ai le plus beau poney du monde, la meilleure selle Devoucoux et les Veredus carbon, CERTAINEMENT PAS.
Ayant moi-même un diplôme et donc une certaine légitimité à donner des conseils, je ne me permettrais pas de régler des problèmes derrière un écran. Vous m'entendrez éventuellement dire une évidence comme "on ne regarde pas la barre pour sauter", "on ne tire pas comme un abruti pour s'arrêter", ou "la terre n'est pas plate". Mais jamais je ne vous dirait de corriger votre cheval comme-ci ou comme ça si il fait un bond, s'arrête ou vous bouscule.

On me l'a souvent demandé, et la réponse est toujours la même : pas de conseils par mail, il faut se faire encadrer pour régler les problèmes.

Faites attention à ce que vous trouvez sur internet. Vérifiez toujours les sources, l'expérience et les compétences de ceux qui prétendent vous aider. Et n'oubliez jamais qu'un problème, ça se règle entre cavalier, cheval, et enseignant.

dimanche 29 avril 2018

Solidaire et pratique, Laboa au Viêtnam


L'hiver, je sors en balade avec le sous-pull, le pull, le manteau. Et avec ça, 3, voire 4 poches.
Téléphone, clefs, porte-feuilles et autres, tout y passe.

L'été, c'est une autre paire de manches. Déjà, pas de manches.
Mais surtout, pas de poches. On se contente en général d'un petit T-shirt et c'est partit mon kiki (expression de mon époque jadis, mais bon).

Alors, il y a plusieurs solutions. Le tapis à poches, mais ça reste sur le cheval. On appelle comment si on tombe ? Les sacoches de rando, mais c'est pareil. Le sac à dos ? Pas pratique, gros, et pas très très safe. Il reste bien une solution... La sacoche banane.
Je l'utilise depuis un moment. L'avantage, c'est que tout passe dedans, même ma trousse de secours-spéciale-pollen. Les inconvénients ? Ca sert le bide, ça bouge un peu au galop (mais rien de dramatique), et c'est franchement moche. Le look camping des années 90, très peu pour moi.

Le truc chouette pour palier à tout ça, c'est d'avoir une sacoche Laboa. Attachée à la ceinture, elle tient mieux qu'une banane, et les poches sur le côté la rendent euh... Pas moche, quoi. Fini le gros truc sur le ventre. Elle a plein de poches pour mettre tout le petit bazar et elle est plutôt chic.

Bref, tout ça pour dire que d'avoir une Laboa, c'est plutôt cool.

Mais aujourd'hui, Laboa fait encore mieux.

Après de longs voyages au Viêtnam aux côtés des locaux, Laboa s'est lancé dans un projet solidaire en développant une gamme de sacoches pourvue de motifs ethniques traditionnels.
Cette démarche - en plus de rendre les sacoches encore plus jolies - permettra à la population locale d'accéder à un emploi mieux rémunéré, d'être mieux protégée, et de sauvegarder ses traditions.

Afin de lancer cette gamme, Laboa a ouvert il y a quelques jours une campagne Ulule afin de récolter des fonds pour la production. (Lien ici)

Trouvant ce projet honorable, ces sacoches jolies et pratique, et étant personnellement touchée par ce projet en tant que Viêtnamienne d'origine, je ne peux que vous encourager à soutenir Laboa !

mardi 3 avril 2018

Bingo : son nom, sa personnalité ?

Bonjour les petits chats !

Vous savez, il existe de nombreuses croyances - fondées ou non - à propos de l'influence du prénom sur la personnalité des gens. Qu'en est-il des chevaux ?
Equus patronyme tente d'analyser les noms de nos chevaux pour en déduire leur caractère... Démonstration !

J'ai contacté Equus Patronyme avec curiosité, mais sans forcément être convaincue. Tout cela me paraissait un peu gros.
Je n'ai donné qu'une information : mon poney s'appelle Bingo. C'est tout.

Affectif- Hypersensible- Nerveux :
Tempérament vif, inquiet, et observateur. Grande émotivité et comportements impulsifs.Intelligence supérieure à la moyenne des autres équidés (mémorisation/concentration/compréhension). Qualités techniques évidentes. Temps d’adaptation assez long face aux nouveautés et événements soudains. Grégarité variable. Tempérament assez lunatique, possessif et jaloux, qui a un besoin excessif d’une affection démonstrative.
C'est on ne peut plus vrai. Bingo peut être calme, mais il est assez sanguin, dans le sens où il s'inquiète facilement. Il monte vite en pression et peut avoir des réactions vives. Concernant l'intelligence, je l'ai toujours sur. Bingo est très, très, trop malin. Il tire rapidement parti des situations, il comprend très vite ce qu'on attend de lui et sait répondre correctement ou au contraire, faire l'inverse de ce qu'on lui demande, selon ses envies. Il est très observateur et saura rapidement défaire un noeud, ouvrir un box ou autre. Les nouveautés, il les déteste. Une voiture garée au mauvais endroit, une tente dressée au milieu de la cour et c'est la panique.
a) Type caractériel : Atypique :

Ce tempérament sort du rang, il n’est pas classé comme ordinaire. Hypersensibilité émotionnelle (positive/négative), et une intelligence supérieure se dégagent immédiatement de ce type caractériel. Très exigent, son moteur fonctionne à la sensibilité, il ne s’accorde pas avec tout le monde. Une forte osmose avec son propriétaire/cavalier est absolument nécessaire pour révéler au grand jour l’incroyable force intérieure et le potentiel inné « dormant ».

Au départ, il peut paraître passif et trop tendre pour affronter des défis sportifs, sûrement, par, manque d’envergure caractérielle et d’assurance. C’est un tardif, il ne faut pas forcer son rythme, et ne jamais se précipiter avec lui. Il a besoin d’acquérir de la maturité et de la maîtrise. Il démontre une très grande susceptibilité face aux premiers échecs équestres, il est préférable de lui proposer des défis adaptés à ses capacités du moment, sinon, il pourrait vite devenir indolent, le temps et la patience sont des allier précieux. Une phase d’évolution plus ou moins longue est nécessaire pour pouvoir apprécier à sa juste valeur son excellent potentiel sportif. L’acquisition ou pas, de l’assurance qui lui fait défaut, dépend en grande partie de la relation entretenu avec « l’homme » et son cavalier. Lors de cette phase évolutive, ce type caractériel peut se montrer hésitant, craintif, impulsif, et souvent de mauvaise humeur. Pour devenir par la suite audacieux, talentueux, volontiers coopératif et disponible sous la selle. C’est un tempérament qui se « révèle » par alternance, passant, par des phases d’assurances et des phases plus réservées et ou rebelles. 
 Concernant l'intelligence, voir ma réponse ci-dessus.
Effectivement, l'osmose me semble indispensable avec lui. Quand je l'ai connu, plusieurs cavalières de bon niveau l'ont également monté, et elles ne l'ont pas aimé du tout. Quand j'ai cherché une DP pour lui, c'était quitte ou double : soit c'était très bien, et les cavalières adoraient, soit elles n'étaient pas en harmonie, et il leur faisait les pires crasses. Sans distinction de niveau.
Pour le côté tardif, c'est un petit peu vrai bien que ça ne soit pas non plus le truc le plus évident chez lui. On a longtemps stagné, avant de progresser. Aussi, avant ses 6 ans, personne ne voyait en lui un bon sauteur. Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire qu'il est puissant avec un joli coup de saut. Pourtant, pendant cette fourchette de temps, nous n'avions jamais travaillé le saut.
Ce qui m'étonne le plus dans cette analyse, c'est qu'elle lui trouve un tempérament par alternance. OUI, OUI, et re-OUI ! C'est probablement ce qui me décontenance le plus chez Bingo ! Doux comme un agneau, concentré, attentif, volontaire, il a parfois des période d'une ou deux semaine où on ne peut RIEN faire. Têtu comme un âne, il refusera les exercices les plus simples, pourtant acquis, il prendra n'importe quel prétexte pour faire, un bond, se cabrer ou tirer sur la longe. Il ira jusqu'à vous tracter en revenant du pré. Et puis ça lui passe, et on peut de nouveau marcher longe ballante, faire des balades rênes longues et sauter en toute sérénité. Là encore j'avais cherché les causes : changements, trop de travail, santé ? Avant de conclure qu'on a parfois des jours avec et des jours sans. Lui, il a des semaines avec et des semaines sans.


b) Particularités :

Tempérament qui est dans la lignée des meilleurs dans son domaine de prédilection. Talent artistique prononcé et ou morphologie élégante et esthétique. Ce tempérament possède 2 facettes caractérielles bien distinctes, qu’il est difficile d’accorder au départ, de part les différences qui les opposent. C’est un délicat hypersensible, tout en étant un fougueux intrépide. C’est une nature subtile et délicate, qui demande beaucoup d’attentions et d’écoute, sinon, il sera intolérant et autoritaire. Il refuse généralement toutes situations trop stressantes. C’est un généreux très exigeant, au grand potentiel, même, s’il ne l’utilise pas toujours. 
 Je n'ai pas trop trop compris la première phrase, mais une chose est sûre, c'est que oui, il a une morphologie élégante et esthétique. Et je ne dis pas ça parce que c'est mon petit poney d'amour ! Au quotidien, on me dit souvent qu'il est beau, et c'est vrai : un joli port de tête, une bonne bouille, un beau geste des antérieurs.
Hypersensible, oui. Fougueux intrépide, également, bien qu'il ne soit pas non plus un sauvage ! Et effectivement, si on ne s'impose pas tout en l'écoutant, avec un bon timing, etc, il n'hésitera pas à vous foncer dedans. Il a besoin d'un cadre net avec beaucoup d'attention, c'est vrai.
Le stress, ça le bouffe. Il se met dans tous ses états et impossible de faire quoi que ce soit. Il doit être en confiance.
Quant au grand potentiel, il en a : très bon sauteur, puissant, il a naturellement un bon équilibre vers les hanches, il est très mobile latéralement... Et quand il se donne, il se donne. Et quand il se donne pas, il ne se donne pas... Du tout.
c) Interactions vis-à-vis des humains :

Sociabilité fusionnelle, l’exclusivité est recherchée. Quand c’est acquis, il se montre sympathique, vibrant d’énergie, agréable, doux, et généreux. Il peut passer, de l’émotion positive qui permet une superbe expression, à celle négative qui devient alors, contre productive aux résultats sportifs. Son équilibre émotionnel est très instable. Il est nécessaire de considérer à sa juste valeur cette particularité, car, mal prendre en considération cette sensibilité, en rentrant dans des situations conflictuelles, aurait comme résultante des réactions sans modérations de sa part et l’annulation de tout son potentiel. Ce caractère fort, peut être sujet à de régulières crises de rébellions avec son cavalier. Son flux énergétique très tonique, et réactif demande à être structurer correctement, pour déployer toute l’envergure et l’intensité de sa grande force intérieure innée. 
 Fusionnel, vibrant, sympathique... Tous ces mots le caractérisent sans aucun doute. Les cavaliers de notre centre équestre me disent "c'est un nounours". En effet, Bingo cherche sans cesse les câlins. Ils peuvent durer des heures, il ne s'en lasse pas. Il vient chercher doucement mes mains de son nez, et il ne bouge plus.
Mais oui, je n'ai pas le droit à l'erreur. Si un jour je suis trop laxiste avec lui, ou au contraire trop autoritaire, et c'est la cata. Cela s'est d'ailleurs vu lorsqu'il a fallu lui administrer des gouttes dans les yeux plusieurs fois par jour : en lui tenant la tête de manière "classique", il était debout. Sans lui tenir la tête, il serrait les dents mais se laissait faire.
d) Moyens de défenses :

La déstabilisation : Quand cet animal se trouve dans une situation conflictuelle au travail, il va répondre en s’adaptant à la situation, et ou à son cavalier. Opposition active, faite d’esquives, de ripostes et de rébellion. On ne sait pas à l’avance quelle va être sa réaction.
Esquives ? Il est spécialiste des demi-tours. Rébellion ? Il se cabre. Vraiment.
Quand on met un peu trop de main, quand on veut aller quelque part et pas lui, quand il a décidé de rentrer à la maison en balade, sa parade, c'est de se cabrer. Fichue manie qu'il a toujours eue et que je n'ai toujours par réussi à effacer. On y travaille, mais c'est long... Quant aux demi-tours, ils sont inopinés...
e) Points faibles :

Ce type caractériel est intolérant, autoritaire et hyper-émotif. Manque de confiance et de détermination au départ. Il faut trouver le Cavalier Idéal ! Manque d'assurance et de confiance en lui. Paresse, hésitation, inflexibilité, excès d’esprit de compétition, et irritabilité. Il manque de souplesse caractérielle et d’esprit d’adaptation. Il est vite anxieux et irritable. Tempérament excentrique, timide et dispersé. Il peut rechercher des moments de solitude. Tempérament instable, qui peut avoir des moments de fatigue passagère. A cause de son tempérament il peut peut faire échouer de nombreux espoirs de résultats sportifs. Avec lui, la spéculation est hasardeuse. 
 La plupart de ces points ont été abordés plus haut. Je rajouterai juste que les résultats "sportifs" sont effectivement hasardeux : un jour impossible de sauter une barre sans que ça s'apparente à de la survie, un autre on pourra enchaîner un parcours ou des exercices compliqués dans un superbe calme.
f) santé :

Système nerveux fragile. Troubles comportementaux. Prédispositions à avoir des troubles de santé liées, au système immunitaire, auditif (hyper-sensibilité sensorielle auditive), lymphatique, et nerveux (dépression). Fragilité de la structure ostéo-articulaire des membres postérieurs, et des boulets. Attention particulière à apporter à la circulation sanguine. 
 Concernant le système nerveux, je ne suis pas étonnée plus que ça. Pour les membres postérieurs, l'ostéopathe m'avait en effet indiqué quelques petits blocages au postérieur gauche, mais plutôt au niveau de la hanche.
g) Conclusion :

Un tempérament hors norme « tardif ». Il possède un superbe potentiel inné qui ne demande qu’à émerger ! Il a besoin d’être bien encadré, sécurisé, stimulé et accompagné pour donner le meilleur de lui-même. Très réceptif, une mauvaise relation avec son cavalier, ou, une ambiance tendue prolongée lors de ses apprentissages équestres nuisent considérablement au développement de son potentiel. De nombreuses portes peuvent s’ouvrir pour le cavalier qui saura « révéler » ce tempérament au grand jour. Il est dans la lignée des gagnants dans son domaine de prédilection. Renommée et prestige sportif peuvent être obtenus. Mais, les possibilités de nombreux échecs et luttes sont à prévoir, avant qu’il puisse atteindre l’excellence et la perfection. Il y a une discipline équestre, où il se révélera dés plus talentueux, il faut la découvrir !
 Bref, tout cela m'amène à dire que je suis très agréablement surprise par cette analyse, qui est très, très, très vraie ! Alors oui, parfois, on s'approche dangereusement de l'anthropomorphisme... J'ai envie de dire, et alors, c'est grave ?
Toutes ces déductions ressemblent à Bingo. Je me questionne beaucoup : est-ce vraiment l'influence de son nom, ou est-ce plus complexe, comme un mélange de communication intuitive, ou autre chose ? Je n'en sais rien, mais toujours est-il que tout ça est vrai. J'ai vraiment reconnu Bingo dans ces descriptions.

Et vous, y croyez vous ?

Si cela vous intéresse, voici le site d'Equus Patronyme.

jeudi 22 mars 2018

Place aux sensations (et au calme)

Hello tout le monde!

Avez vous déjà eu conscience d'un défaut, sans réussir à l'améliorer ? Avez vous déjà ressenti un mauvais mouvement, sans parvenir à l'éradiquer ?

Moi oui.

Voyez vous, les départs au galop, j'en fais depuis plus de 10 ans. Sur le bon pied, je veux dire.
C'est un mouvement très simple et très complexe à la fois.
Très simple car même à petit niveau, on comprend le truc, et on y arrive. Un galop 2 en poche en est capable.
Très complexe car pour obtenir un beau départ, franc, hanches abaissées, postérieurs engagés, garrot montant, et tout le tintouin, c'est toute une pratique, tout une progression.

L'an dernier, durant ma formation, on a travaillé ces fameux départ toute une séance. Rien de plus basique : faire un départ au galop dans le coin (vers H, si mes souvenirs sont bons).
Un, deux, pas trop mal. Mais petit à petit, ma ponette chauffait. Elle essayait de me voler les départs, elle partait de travers ou attendait le moindre effleurement de mes jambes pour partir comme une trombe. Pas bon du tout.
J'ai recommencé. En me redressant, en la travaillant à côté, mais rien à faire.
J'aurais pu me dire "c'est l'exercice ! Quelle idée de faire un départ au galop toujours au même endroit !"
Mais quelques jours avant, j'avais lu l'ouvrage de Sally Swift "l'équitation centrée". Et je me suis souvenue : "respiration, regard panoramique".

Alors, au lieu de me concentrer sur mes aides, sur le fait que la ponette piaffe d'impatience et sur cette fichue lettre H, j'ai soufflé. J'ai respiré lentement, j'ai arrêté de regarder le coin, j'ai utilisé mon "regard mou". Et j'ai demandé le départ. Ponette calme, droite, un bon départ au galop.

Si je vous raconte ça, c'est parce que j'ai vécu une expérience similaire il y a quelques jours. Je travaillais également les départs au galop avec Bingo. Pas de coin cette fois-ci, j'étais sur un (très) grand cercle. Je faisais des transitions galop-pas.
Le soucis, c'est que Bingo est plus à l'aise au galop à droite. Il galope très bien à gauche, mais à la moindre aide pas tout à fait précise, ou cavalier pas tout à fait équilibré, il part à droite. En gros, pas le droit à l'erreur. Et de mon côté, j'ai tendance à passer les épaules en avant au moment où il soulève l'avant pas. Pas terrible.
J'ai commencé à cogiter. Place tes jambes comme ci, comme ça, tes mains, ton poids, ton (....). Résultat, on partait souvent sur le bon pied, mais dans un équilibre pas terrible, ou alors de façon franchement moche :

soit je me crispais et me retrouvais avec un talon en l'air, soit je jetais les épaules, soit il me sortait de la selle... Bref, sur le bon pied, mais 'faut pas trop regarder.

Mais parmi tous mes défauts, je suis consciente d'une de mes qualités : retrouver mon calme aussi vite que je l'ai perdu (ok, sauf en concours) pour analyser la situation. ZEN !
J'ai soufflé un bon coup. Respiration. Calme. J'ai même fermé les yeux.
On redemande. Premier départ, pas trop mal, mais mon poids est trop à l'intérieur. Je recommence.
Le fait d'avoir les yeux fermés m'a permis de mieux ressentir les choses, sans m'énerver. Deuxième essai, mieux. J'ouvre les yeux seulement quand je suis au galop, deux foulées après le départ. Troisième essai, bien.
Ainsi de suite, je travaille au galop, dans le calme et la sérénité.

La technique est très importante en équitation. Mais n'oublions pas les sensations. Je pense qu'une fois qu'on a conscience de nos défauts, qu'on connait la technique, il est important de sentir les choses pour les améliorer.
Photo qui n'a rien à voir avec l'article, mais j'avais envie de la mettre, voilà. Séance d'aujourd'hui.