mardi 6 février 2018

C'est tabou dans le cheval

Hello les petits chats !

Vous le savez, dans le monde du cheval (comme dans tout autre domaine d'ailleurs), il y a des mots tabous. Des mots qu'on évite d'utiliser - et même qu'on se fait incendier si on les utilise. Et franchement, moi, ça m'agace. Parce qu'on joue sur les mots, les significations, et on profite du moindre écart de langage pour déferler de la haine. Mais moi je les utilise, parce que je suis trop une rebelle.

Liste non exhaustive....

Tirer


Nooooooon, pour arrêter/freiner/redresser/cequ'onveut un cheval, on ne tiiiiiiiiiire pas !
Ah bon ? Mais non, on exerce une pression/on ferme ses doigts.
Franchement, c'est jouer avec les mots. Quand on ferme ses doigts, on tire. Quand on fait une pression, on tire. Même si c'est 1 millimètre, même si c'est une demi seconde et qu'on rend ensuite, même si c'est très léger. Dites moi si je me trompe, mais si je ferme mes doigts sur les rênes en avançant les mains vers la bouche, bah, ça freine pas. Si je ferme les doigts sur les rênes en reculant/montant les mains, même d'un demi-millimètre, et bah je tire. Même un peu. Même si je relâche juste après.
Alors arrêtons de fustiger l'utilisation du mot "tirer". 
Le problème n'est pas de tirer, ou non. Le problème est d'agir en légèreté et de rendre avec un bon timing. Voilà.

Dangereux


Un cheval n'est pas dangereux, un cheval est mal éduqué/a été maltraité/a peur/a un pète au casque.
C'est sûr, c'est un mot qui fait peur. On imagine un cheval méchant, un cheval irrécupérable. Mais qu'est ce qu'un cheval dangereux ? C'est un cheval qui présente un danger, point. C'est peut-être à un instant T, ce n'est pas forcément définitif.
Un cheval qui tape pour de vrai par exemple, je ne laisserai pas mon fils s'approcher, et je dirais sans tabou qu'il est dangereux. Cela n'empêche pas qu'il soit éduqué/rééduqué, et qu'il ne soit plus dangereux plus tard. Mais si il n'est pas prudent de l'approcher, bah il est dangereux. Voilà.

Punition


Ouuuuuh comment elle maltraite son cheval, elle dit qu'elle punit !
Et alors ? Quand mon cheval rentre dans mon espace, je le repousse d'un grand geste. Si jamais il tape/mord il se prendra baffe/tape. Parce que ce n'est pas un comportement tolérable, et parce que laisser passer ce genre de choses risque de le rendre dangereux (cf précédent paragraphe...).
Punir, ce n'est pas battre ou frapper sans raison. Une punition, c'est agir de manière désagréable suite à un comportement indésirable. Et forcément, on punit selon l'intensité de la faute. Utilisée à bon escient, et sans prendre le pas sur les renforcements positifs et négatifs, la punition n'est une partie comme une autre de l'éducation.
Et entre nous, en punissant dès le début le premier écart de comportement, on a plus besoin de punir après.

Alors certes, ces mots sont durs à entendre, ils font peur. Mais je pense qu'il ne faut plus en faire des tabous, car justement, leur utilisation permet de comprendre tout de suite le problème, d'agir plus vite et de vivre ensuite plus sereinement les solutions...
Imaginez un cheval qui bouscule son cavalier, lui marche dessus, tente de le mordre.

Quelle phrase aura plus de chance d'obtenir des résultats ?

- Ton cheval devient dangereux, contacte un professionnel avant que ça ne dégénère !
- Ton cheval est casse pieds, contacte un professionnel pour qu'il t'aide

- Ton cheval te mord, punis le quand il fait ça !
- Ton cheval te mord, dis lui qu'il n'a pas le droit de faire ça !

- Ton cheval t'arrache la longe, tire pour l'en empêcher !
- Ton cheval t'arrache la longe, fais une pression pour le ralentir !

Ces mots sont durs, mais ils font agir.
Mais il ne faut pas les utiliser n'importe comment non plus, utilisez les à bon escient ;)
Un cheval un peu chaud n'est pas dangereux, un cheval qui tape l'homme l'est.

Article réalisé dans le cadre de la cavalcade des blogs organisée cette semaine par... Moi même.

jeudi 1 février 2018

Cavalcade des blogs 43 : Les gros mots du cheval

Salut les cavaliers !

Aujourd'hui, c'est à moi que revient (ça se dit ?) l'honneur de lancer la Cavalcade des Blogs pour ce mois de Février. Pour ceux qui ne connaîtraient pas (et je leur conseille d'y remédier en retournant lire mes précédents articles hihi), il s'agit d'un événement lancé par le blog Cheval-facile qui permet à des blogs, équestres, mais pas toujours, d'échanger leurs articles sur des thèmes choisis. Bref, en gros, on lance un thème, et les blogueu(ses) font un article. Voilà voilà, ça permet d'échanger des points de vues et de découvrir de nouvelles plumes, c'est ultra-chouette.

Ces derniers mois, les thèmes proposés par les blogueuses étaient très compliqués à aborder, mais tellement intéressants ! Ce mois ci, j'ai décidé de partir sur quelque chose de plus léger, mais je l'espère, tout aussi intéressant quand même : Les gros mots du cheval
Vous pourrez partir sur tout ce que ce titre vous inspire... Les mots interdits, les mots rigolos, les mots étranges, les mots oubliés... 
Cet article pourra être humoristique, très sérieux, informatif, peu importe, laissez libre court à votre imagination et faites vous guider par votre plume (ou vitre caméra, les vidéos, ça marche aussi).

Quant aux blogueurs non-équestres, ne vous en faites pas, vous pouvez très bien faire les gros mots du dromadaire ou du cochon d'Inde :D

Conditions de participation :

Pour être accepté, un article soumis doit être : 
- de nature non commerciale 
- original (il ne doit pas avoir été publié sur d’autres blogs, en d’autres termes : pas de « copier coller », car cela n’intéresse personne !) 
- de qualité 
- nouveau (publié pendant l’événement, et pas avant) 
- dans le sujet du thème annoncé 
- doit contenir au minimum 400 mots et être rédigé en français 
- vous devez y inclure, un lien vers l’article de lancement (celui ci !), un lien vers cette page, et un lien vers le blog de l’organisateur (Pretty Riding !)

Si vous possédez un blog, postez moi votre article en commentaire ou sur la page facebook du blog.
Si vous n'en avez pas mais que vous désirez tout de même écrire sur ce thème, n'hésitez pas à m'envoyer votre texte en Message privé sur la page facebook, et je me ferais une joie de le publier en citant votre nom.

Pour participer, vous devrez m'envoyer vos articles entre le 1er et le 28 Février ! Un article récapitulatif sera posté le lendemain.

Previously...

A vos claviers !

mardi 30 janvier 2018

Mes séances avec Equilab



Hello les cavaliers !

Un mini article vite-fait-bien-fait sur ma dernière trouvaille...

Il y a quelques temps, tout à fait par hasard, je suis tombée sur une application sur le store... Equilab.
En gros, c'est une appli dans ton téléphone (wahou, l'explication) qui enregistre tes séances avec Coco, Poney, Loulou et Bijou.

Dans l'idée, ça ressemble au Equisense Motion. 300 euros de moins, vu que c'est gratuit. MAIS c'est beaucoup moins précis et beaucoup moins complet !
En effet, le Equisense capte les allures, la vitesse, le rebond, la symétrie... Equilab te donne beaucoup moins d'indications : les allures, la main et quelques précisions annexes.

Cette application semble avoir été développée au début pour l'entrainement des chevaux de courses, mais honnêtement, après essai, je la trouve top également pour les chevaux de selle !
Après quelques séances, je suis ravie de l'utilisation : facile à prendre en main, même à cheval avec les gants toi-même-tu-sais (ça se dit encore ?).
Pas besoin d'internet, on ouvre l'appli, on touche "débuter la séance", dans la poche, et voilà ! (Bon, on oublie pas de dire qu'on a fini à la fin comme moi... Parce que bon, le pansage et le retour au pré, ça fait pas vraiment partit de la séance)

Alors, on essaye ?


mercredi 17 janvier 2018

La malédiction de la plage



Hello bande de chats !

Quand on est cavalière, et dans mon cas, cavalière Bretonne qui plus est, on a souvent ce même rêve : galoper sur la plage.
Grand classique.
Ce rêve, je l'ai depuis mon enfance ! Et j'ai bien failli le réaliser plusieurs fois, si je n'avais pas été victime que ce que j'appelle ma malédiction de la plage...

Première fois, j'ai 11 ou 12 ans. Je suis en vacances chez mon tonton dans le Finistère, dans un petit village qui accueille deux centres équestres. Cavalière passionnée que je suis, je trouve le moyen de faire une petite journée de stage parce que comprenez vous, deux semaines sans poney, c'est pas possible !
Bref, ma mère m'offre une journée dans un des centres équestres. Etant ce jour là la cavalière la plus "expérimentée" du groupe, je me vois confier Quartz, un cheval gentil mais un peu coquin. Grande fierté pour moi, c'est ma première fois à cheval ! Bah oui, j'étais (et je suis toujours) toute petite, alors jusque là, j'avais toujours monté des poneys. Bref. Après une matinée saut d'obstacle, on part pour l'après midi en balade vers la plage.
Je le vois déjà, le sable fin, les vagues, les mouettes, les bateaux. Mon rêve se réalise !
Enfin...
C'était sans compter cette mésaventure sur le parking. Alors que nous descendons sur la crique, une voiture arrive en trombe aux fesses de mon cheval. Coup de cul, départ au galop, je vole et m'écrase sur le bitume. Pompiers, j'ai le genou de travers et de belles égratignures. Voilà voilà, fin du rêve pour cette fois-ci.
PS : un pompier m'a aussi marché sur le bras, mais bon, maintenant, j'en ris.

Deuxième tentative ! Cette fois, j'ai 20 ans. Mon amie Ana vient d'ouvrir son centre, le Ty Haras. Elle propose des balades sur la plage de Lancieux, l'été. Je fais partie de la petite équipe qui a, plusieurs mois durant, aidé à travailler et s'occuper des chevaux. Du coup, juste avant l'ouverture, elle nous propose de venir une journée profiter de la plage. Chouette !
Je suis pressée de pouvoir enfin aller sur la plage. Cette journée est prévue dans quelques jours. En attendant, ce week end pour moi, concours ! Au programme une petite club 2, avec monsieur Iris, comme d'habitude... Mais malheureusement, Iris n'est plus disponible...
On me propose donc Cortess. Pourquoi pas, j'ai déjà concouru avec Cortess (au pied levé aussi !), ça c'était bien passé.
Petite séance d'entrainement, je me sens un peu passagère clandestine dessus : Cortess est un grand machin d'1m70, baraqué et très très puissant. Un peu l'antipode de mes petites anguilles réactives que j'ai l'habitude de monter. Mais bon, on gère quand même, on saute quelques obstacles sans soucis notables.
Enfin, jusqu'à un vertical tout à fait banal, où il s'arrête soudainement. Je fais toboggan sur l'encolure et tombe. Une petite chute, j'ai un peu mal sur le coup, mais tout semble aller pour le mieux. Jusqu'à ce que je me lève et que ma hanche me lâche littéralement.
Urgences, radios, et le médecin qui louche sur le cliché en disant "c'est pas banal". Hanche déboîtée, béquilles et interdiction de monter pendant au moins un mois. Pas de plage pour moi.

Le Ty Haras, le beau Loggio

La troisième sera la bonne ?
Cette année, à la fin de l'été, j'ai enfin le droit de remonter gentiment après ma longue convalescence. Après avoir fait un petit tour tranquillement sur Bingo, me revoilà partie pour le Ty Haras. Je la ferais, ma balade sur la plage !
La balade est prévue pour demain matin tout va bien... Je vous jure que je prend toutes mes précautions : pas de risques, pas question de me blesser d'une manière ou d'une autre, ce soir, je dors !
Le matin fatidique : la balade est prévue à 11 heures. Et voilà, il est 9 heures, il pleut des cordes. D'accord d'accord, dans notre sport, la pluie n'est pas censée nous arrêter. Mais là, c'est un déluge.
Au Ty Haras, la balade de 9 heures a été annulée. Je bouillonne : malédiction de la plage !

Vers 10 heures et demi, le temps s'éclaircit... Le ciel bleu fait son apparition et les nuages se dissipent. La balade est maintenue !
Me voilà donc à préparer Loggio, le beau Lusitanien gris (enfin, blanc). C'est partit ! On s'approche de la plage, pas d'incident. On foule le sable fin. La mer est basse et nous pouvons traverser toute la baie. Au pas, au trot, au galop, les pieds dans l'eau. Je me régale sur le dos de Loggio qui est incroyablement léger et fin à monter.

Je suis entière, et j'ai galopé sur la plage !

Article rédigé dans le cadre de la Cavalcade des Blogs organisée ce mois-ci par Aurélie du blog A Dada mon Dadou.

Pour une fois, les photos ne sont pas de moi, mais proviennent du Ty Haras !


dimanche 14 janvier 2018

Mors et noseband : pourquoi ?


Hello les petits chats !

Comme vous le savez, je suis plutôt adepte de la simplicité, du matériel "utile", et tout et tout. C'est à dire que je ne met pas de protections si on en a pas besoin, et pas d'amortisseur sous une selle adaptée. Bref.
Pourtant, depuis quelques temps, j'ai eu quelques questions concernant des photos postées sur instagram ou facebook : un noseband à Bingo ? Pourquoi ?

Tout a commencé il y a quelques mois. Je commençais le travail sérieux avec Bingo et il avait à l'époque un mors classique de jeune : un mors à aiguilles en caoutchouc. A cette période, le contact avec sa bouche était délicat : il tirait sur le mors, arrachait les rênes et secouait la tête dans tous les sens. Au début, je ne m'inquiétais pas : il était jeune et découvrait tout juste le contact avec le mors. Au bout d'un certain temps, les choses ne s'améliorant pas, j'ai commencé à me poser des questions : mal aux dents ? Mors inadapté ?
La visite du dentiste a alors confirmé mon intuition : Bingo a peu de place dans la bouche et le gros mors en caoutchouc l'agace.
A tout hasard, je suis simplement allée chez Décathlon pour chercher un mors plus fin. Il n'y avait que des gros canons, à l'exception du Verdun à rouleaux qui me semblait bien. Ni une ni deux, dans le caddie pour un essai ! Le résultat a été immédiat... Mon poney était métamorphosé ! Il acceptait enfin le contact.


Concernant le noseband, la réflexion est plus récente, mais c'est un peu la même histoire que pour le mors. Depuis plusieurs mois, Bingo progresse très vite et devient de plus en plus agréable à monter. Il est très léger sur son mors, accepte le contact... A priori, pas besoin de noseband, ni même de muserolle ! Il m'arrive d'ailleurs de le monter sans muserolle du tout, ce qui ne gène en rien le travail.
Pourtant, il y a quelque chose qui n'a pas changé : Dès que je romps le contact, dès que je le met rênes longues, voire même si je lâche complètement les rênes sur l'encolure, il se met à tirer dessus, secouer la tête de haut en bas. Etrange ! Aucun de ces comportements pourtant n'est notable rênes ajustées.
J'avoue avoir mis du temps à comprendre... Jusqu'à ce que je tombe sur cet article du blog Saddle Fitting. Etant plutôt réticente à n'utilisation des nosebands et autres muserolles croisées, c'était quelque chose à laquelle je n'avais pas pensé. Et si tout simplement le mors n'était pas stable dans sa bouche ? Et si il gigotait, et donc l'agaçait ?
Lorsque les rênes sont ajustées, le mors est sûrement plus stable que rênes longues. L'ajustement du montant ayant déjà été vu, et si j'essayais le noseband ?
Pas compliqué d'en trouver un, j'ai donc fait quelques séances avec le fameux vilain méchant.
Et voilà. Plus de secouement de tête, plus de tirage de rênes, plus de poney ronchon rênes longues.

Dans notre cas, le noseband nous sert à stabiliser le mors, et non pas à lui fermer la bouche. Ce n'est peut-être pas une solution à long terme, mais pour l'instant, elle nous convient. Il faudra sûrement trouver LE mors qui lui va comme un gant !
Et pour les sceptiques, qui penseraient que ça lui cloue quand même le bec... Sachez qu'avec son noseband, il broute, mange des carottes et avale des branches toutes entières. Voilà voilà. Rien n'empêche un goinfre de se goinfrer.